Archives de catégorie : Economie

Code du Travail : liquidation totale

Avant les élections législatives, le gouvernement Macron a présenté la feuille de route de ce que sera la nouvelle loi sur le Code du Travail. Parmi ces dispositions, on retrouve celles qui étaient déjà contenues dans la Loi El Khomri, mais qui n’avaient pas pu être mise en œuvre compte tenue des mobilisations sociales et des manifestations qui avait eu lieu dans tout le pays en 2016.

Parmi les points d’achoppements figure la volonté d’instaurer la primauté des accords d’entreprises sur les accords de branches dans la plupart des domaines relevant du Code du Travail. Les salariés, déjà victime des plans de restructurations et des délocalisations, à l’intérieur même de l’Union Européenne, se verront demain confronté à une concurrence entre entreprises d’une même branche. Ainsi, dans les entreprises ou le dialogue social est réduit à portion congrue, ou en l’absence de représentant syndicaux indépendants des pressions exercées par la direction, ce sera le moins disant-social qui prévaudra.

Et parmi les autres dispositions, il y a une sérieuse remise en cause des indemnités prud’hommales, une remise en cause du modèle du CDI, avec une généralisation de la précarité salariale.

Cette Loi Travail N°2 n’est qu’en fait la face caché de l’iceberg euro-mondialiste. La lutte contre le chômage n’est qu’un prétexte. L’objectif de cette Loi Travail N°2 (Loi El Khomri à la puissance 1000) n’est que de répondre à la finance mondialisée : organiser l’austérité, briser les derniers acquis sociaux de notre pays, appliquer les recommandations de l’Union Européenne pour mettre en place la déréglementation du travail. Ceci étant la contrepartie pour le maintien de la France dans l’Euro. N’ayant pas la possibilité de dévaluer notre monnaie, puisque notre souveraineté dans ce domaine n’existe plus, le gouvernement français organisera la dévaluation salariale.

Cette Loi Travail N°2 n’est qu’une liquidation pure et simple des droits des salariés, la volonté de détruire plus de deux siècles de conquêtes sociales et ouvrières en France. Finalement les grandes conquêtes sociales du Front Populaire et du Conseil National de la Résistance seront sacrifié sur l’autel de l’ultra-libéralisme de l’Union Européenne par Macron et son gouvernement.

C’est pourquoi il faudra que demain nous élisions à l’Assemblée Nationale, le plus possible de véritables députés patriotes, véritablement défenseurs sociaux, et qui s’opposent de façon ferme à toute tentative de réformer le Code du Travail qui va à l’encontre des droits des salariés. Ce sera bien évidement une des priorités des futurs députés Front National au Parlement Français.

Ensuite, il faudra que les organisations syndicales, dans l’unité la plus large, organise la riposte face au gouvernement Macron et sa politique anti-sociale.

Pour notre part, au cercle Front syndical, nous sommes prêts à prendre nos responsabilités : faire élire le maximum de députés Front National, défenseur des droits des salariés les 11 et 18 Juin. Et ensuite, respectivement dans nos syndicats, faire en sorte que la mobilisation contre cette loi d’un autre âge s’organise, en toute indépendance, sans sectarisme aucun.

Mathilde Paris, candidate FN sur la deuxième circonscription du Loir-et-Cher a distribué un tract pour dénoncer cette loi dangereuse pour les salariés.

Laurent Bras, Secrétaire général du cercle Front syndical, Secrétaire Départemental Adjoint du FN41

Vous avez aimé la Loi El Khomri, vous adorerez la liquidation du Code du Travail

Après avoir été l’instigateur de l’infâme Loi El-Khomri, Emmanuel Macron (vous savez cet ancien banquier d’affaire), en bon petit soldat de l’Union Européenne, élevé à l’ultra-libéralisme le plus brutal, veut aller encore plus loin dans la déréglementation du travail pour en finir avec notre modèle social français.

Rappelons-nous, la Loi El-Khomri, ou Loi Travail c’est la suppression d’un certains nombres de droits sociaux comme :

Une remise en cause du temps de travail, puisque la durée maximale de travail journalier passant de 10H à 12H, et la durée maximale de travail par semaine passant de 48H à 72H.

Les heures supplémentaires déjà fortement fiscalisées, sont pour l’instant majorées de 25% pour les 8 premières heures et majorées à 50% pour les suivantes. Si un accord de branche est signé, la majoration descendrait à 10%.

Pour les licenciements économiques, les règles seraient assouplies. Ainsi pour l’instant, une entreprise ne peut licencier que pour une cessation d’activité ou une mutation technologique. Demain d’autres critères seront pris en compte, comme le simple fait d’être en difficulté économique. Et pour une entreprise étrangère, elle pourra licencier si elle considère être en difficulté en France, même si elle se porte très bien à l’étranger.

Des référendums d’entreprise pourraient être organisés, contournant ainsi la représentativité syndicale.

La remise en cause de la médecine du travail, nécessaire système de prévention pour les salariés.

La légitimisation du communautarisme dans l’entreprise en rompant avec la laïcité qui prévalait jusqu’alors (le fameux article 6).

Et pour finir, l’inversion de la hiérarchie des normes, c’est-à-dire la primauté des accords d’entreprises sur les accords de branche, créant ainsi un véritable dumping social entre les entreprises.

Cependant, avec les mobilisations et les manifestations qui ont eu lieu en France contre la loi El-Khomri en 2016, Hollande et toute sa clique (ou du moins ce que le MEDEF et l’Union Européenne ordonnaient), n’ont pu aller aussi loin qu’ils le voulaient dans la déréglementation du travail.

Maintenant qu’Emmanuel Macron est élu Président de la République, il va tenter de finir le sale boulot commencé précédemment en 2016. Ainsi, il compte aller plus loin en allégeant considérablement le contenu du Code du Travail et en le modifiant en profondeur. Le Code du Travail, qui est un véritable rempart pour les salariés pour la garantie de leurs droits, ne serait réduit qu’à sa plus simple expression : salaire minimum, durée légale de travail, lutte contre les discriminations. Pour le reste, on s’en remet aux accords d’entreprise pour réglementer les relations entre employeurs et employés, et notamment les conditions de travail. Emmanuel Macron veut également privilégier les accords d’entreprises (généralement moins-disant socialement) sur les accords de branches, et aussi considérablement diminuer les indemnités prud’hommales.

Et l’alibi est toujours le même : la lutte contre le chômage. Alors que cela fait plus de 30 ans que les mêmes politiques inefficaces économiquement on produit les mêmes effets : un chômage de masse endémique.

Ce n’est pas en retirant des droits aux salariés que l’on réduira le nombre de chômeurs.

La seule vraie réponse au défi du chômage de masse, c’est de relancer notre économie, de développer la croissance par la relance, c’est de défendre notre industrie, notre artisanat, nos savoir-faire, nos services publics qui participent à l’aménagement du territoire. Il faut mettre en place une véritable politique économique patriote (privilégier les produits français et issus de nos terroirs dans les secteurs de l’administration et des entreprises publiques).

Et pour cela, il nous faut rétablir nos frontières et leur contrôle, privilégier les circuits de distributions courts, pouvoir vivre et travailler au pays, favoriser la production en France et consommer français. Il faut que la France retrouve toute sa souveraineté, que l’Etat assure le contrôle de son énergie, de ses transports, de ses communications. Cela passe par la construction d’un Etat fort et stratège qui garantisse la prospérité économique de notre pays.

Et c’est bien tout le contraire de ce que fait ce nouveau gouvernement, ouvert au chantre de la mondialisation « heureuse », dont les Français n’ont pas fini de payer l’addition. C’est la volonté d’ubériser l’économie, de précariser les salariés, de liquider le CDI. C’est pourquoi Emmanuel Macron, qui compte légiférer par ordonnances, pour aller vite, juste après les élections législatives et avant les grandes vacances, a la bienveillance de Pierre Gattaz et du MEDEF.

La guerre sociale est donc déclarée contre le monde du travail, contre les salariés.

Dans un premier temps, il est donc nécessaire qu’une véritable opposition forte, patriote, sociale, populaire, souverainiste se créer à l’Assemblée Nationale, autour des députés Front National pour s’opposer à ce funeste dessein : aucune remise en cause de nos acquis sociaux, pas de déréglementation du travail.

Parallèlement, le cercle Front syndical, avec ses militants présents dans les grandes confédérations syndicales, agira pour que celles-ci prennent toutes leurs responsabilités, sans sectarisme, dans la défense du droit social en France, pour s’opposer à toute remise en cause du Code du Travail.

Le Code du Travail, c’est notre bien commun à tous, c’est notre assurance-vie sociale. Nous ne devons pas laisser les mondialistes et les libéraux-libertaires réunis autour d’Emmanuel Macron détruirent plus de deux siècles de conquêtes sociales et ouvrières en France.

Laurent Bras, syndicaliste, Secrétaire général du cercle Front syndical, Secrétaire Départemental Adjoint du FN41

L’article est publié également sur le site de Riposte Laïque

Pour sauver le modèle social français, il faut battre Emmanuel Macron en votant Marine le 7 mai

Ce 4 Mai, le cercle Front syndical, avec des militants du Front National s’est rendu à la sortie des usines pour lancer un appel aux salariés de France. Avec Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical, nous étions présents à Blois, devant l’entreprise DELPHI et avec Mathilde Paris, Conseillère Régionale Centre Val-de-Loire, à Theillay, devant l’entreprise FAURECIA.

Ces deux entreprises, équipementiers de l’automobile, sont emblématiques des ravages causés par la mondialisation et la politique menée par la Gauche et la Droite au pouvoir depuis plus de 30 ans, puisque DELPHI est victime d’une délocalisation à l’intérieur même de l’Union Européenne, sa production étant partie en Roumanie, pays moins-disant socialement, ce qui a provoqué plusieurs plans sociaux destructeurs d’emplois. Quant à FAURECIA, c’est 92 emplois qui sont supprimés, en raison d’une délocalisation vers d’autres sites européens, notamment au Portugal.

La mondialisation « heureuse » prônée par Emmanuel Macron c’est la brutalité d’un Système qui s’abat sur les plus faibles, c’est la loi du plus fort sur le plus faible, c’est l’organisation d’encore plus de chômage de masse et in-fine c’est la misère sociale comme seule espérance pour des millions de salariés.

En effet, Mr Macron, le candidat mis en place par le Système, ce banquier d’affaire au service des puissances d’argent n’a que faire de notre modèle social français. L’instigateur de l’infâme Loi El Khomri, injuste socialement, inefficace économiquement, veut s’il parvient au pouvoir l’amplifier et la porter à la puissance 1000. Avec Emmanuel Macron à la tête du pays, c’est la fin du Code du Travail, qui reste un rempart de protection pour les salariés, c’est la déréglementation à outrance du travail et des services publics, c’est la fin de la médecine du travail, outil de prévention pour les salariés. Enfin pour finir, c’est la fin de la primauté des accords de branche sur les accords d’entreprise, permettant ainsi une concurrence acharnée entre entreprises, sur le dos des salariés. En clair, M Macron Président de la République c’est la ruine de nos acquis sociaux, c’est la guerre sociale déclarée au monde du travail.

Cela les salariés ne le veulent pas, pas plus pour eux, que pour leurs collègues, leurs enfants. Et avec eux les syndicalistes, qui se battent pied-à-pied tous les jours contre les ravages de la mondialisation, avec son cortège de délocalisation, restructuration, plan sociaux et à la clef licenciements, n’accepteront pas que demain un banquier d’affaires balaye plus de deux siècles de conquêtes sociales et ouvrières en France.

A l’apposé des 144 engagements de Marine Le Pen, dont pas un seul ne restreint notre modèle social français auquel nous sommes fortement attaché ; 144 engagement qui au contraire visent à protéger les Français. C’est d’ailleurs ce qu’un syndicaliste CGT de DELPHI, venu discuter avec nous devant l’entrée à parfaitement compris, puisqu’il nous a dit « J’ai voté Marine le Pen au 1er tour », prenant des tracts pour les diffuser à l’intérieur.

C’est pourquoi de plus en plus de salariés, et avec eux des syndicalistes, comprennent bien que la préservation du modèle social français, bien mis à mal par l’Union Européenne et ses partisans comme M Macron, ne peut être défendu que dans le cadre de l’Etat-nation.

C’est ce que le cercle Front syndical, parce que constitué de syndicaliste honnête, responsable et lucide a voulu montrer en diffusant un tract d’appel aux salariés de France :

Pour la survie de notre modèle social français, il faut battre Emmanuel Macron, donc voter Marine Le Pen.

L’album-photos Facebook de l’action devant DELPHI à Blois et devant FAURECIA à Theillay

Article sur la Nouvelle République du 5-05-2017

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical

Disparition des Services publics postaux de proximité : stop ou encore ?

Nous avions déjà dénoncé la fermeture du Bureau de Poste de Blois les Cornillettes, en zone urbaine (blog FN41 du 26-01-2017) et la réduction des horaires du Bureau de Poste de Romorantin Les Favignolles (blog FN41 du 28-01-2017). Plus récemment, c’est au tour du Bureau de Poste de Salbris qui voit ses horaires d’ouverture réduits (voir communiqué de la Mairie de Salbris du 15-02-2017).

Rappelons quand même que les mêmes amis politiques du Maire de Salbris, au niveau national et européen, ont voté toutes les transpositions des directives de l’Union Européenne qui ont déréglementé La Poste et ses missions de Service Public postaux de proximité. Résultat : fermeture de Bureaux de Poste dits « non rentables », fin des missions d’aménagement du territoire, logique de financiarisation au détriment du service rendu.

C’est encore une fois de plus la France des oubliés, des villes et des champs, celle qui subit en silence, qui ne braille pas et ne casse pas tout, qui se trouve abandonnée par cette classe politique de Gauche comme de Droite, totalement sourde aux aspirations du peuple de France et à ses souffrances. Les Français renverseront-ils la table en Avril et Mai prochain en élisant une candidate libre, défendant les seuls intérêts du peuple ?

Avec Marine, « l’accès aux services publics de proximité sera garanti sur tout le territoire, en particulier en milieu rural (Engagement 138) : La Poste et la SNCF resteront des entreprises publiques ».

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical

Marine Le Pen et le FN en phase avec le monde du travail

Après avoir été il y a deux jours au-devant des salariés de l’équipementier automobile DELPHI à Blois, aujourd’hui 17 Février, nous sommes à la rencontre des agents EDF. Laurent BRAS, Secrétaire Général du cercle Front syndical, ainsi que Mathilde Paris, Conseillère Régionale, candidate pré-investie pour la deuxième circonscription et Martine Raimbault, Conseillère Régionale ont distribués des tracts à la sortie du site. Des militants du Front National et des syndicalistes patriotes les accompagnaient.

Toujours cet accueil chaleureux, preuve s’il en est que nous sommes pleinement en phase avec les aspirations du monde du travail, nous avons pu ainsi démontrer comment la campagne de Marine Le Pen s’inscrit aussi dans la défense des Service Publics :

Et plus particulièrement le service public de l’énergie, garant de notre indépendance énergétique et donc du développement de notre économie et de l’emploi :

Les salariés, du privé comme du public, syndiqués et non syndiqués, comprennent bien que la défense du modèle social français, la préservation des acquis sociaux passent par la défense absolue de l’Etat-nation. Et seule une candidate libre, Marine Le Pen peut porter ce projet d’espoir pour des millions de salariés, à l’opposé total de la politique mondialiste et européiste des Fillon-Macron-Hamon-Mélenchon qui in-fine défendent des intérêts qui ne sont pas les nôtres, mais ceux des banques et de la finance.

Merci à Mathilde, Martine, Jean-Yves, Alan, Lionel, Philippe et Laurent pour cette action et celle devant DELPHI il y a deux jours.

Des photos de notre action sur le Facebook du FN41

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical

 

 

 

La Poste des Favignolles : réduction d’ouverture et après … fermeture ?

 

Après la fermeture de la Poste de Blois Les Cornillettes (voir blog du FN41 du  26-01-2017), c’est maintenant le bureau de Poste de Romorantin Les Favignolles qui réduit ses horaires, premier pas vers une fermeture à cours terme (voir Nouvelle République du 28-01-2017).

Ainsi c’est encore un quartier entier, fortement populaire, qui sera demain abandonné, accentuant ainsi ce sentiment toujours plus vrai d’une France oubliée par la classe politique.

Le cercle Front syndical s’oppose avec la plus grande fermeté à ces réductions d’horaires et soutient les actions syndicales et les mouvements des habitants.

Cependant il ne faut pas oublier que pour remplir la feuille de route imposée par l’Union Européenne (votée par la Gauche et la Droite comme un seul homme), La Poste, dans sa folle logique de rentabilité financière absolue, se détourne de plus en plus de ses missions de Services Publics et d’aménagement du territoire, activités premières de l’entreprise postale qui n’aurait jamais du devenir une Société Anonyme.

Avec Marine Le Pen élue Présidente de la République, La Poste reviendra dans le giron de l’Etat et sera sanctuarisé contre toute tentative de libéralisation de ses activité première de Service Public.

Laurent Bras, Secrétaire Général du cercle Front syndical

SOCIAL : Le cercle Front syndical soutient le mouvement pour la poste des Favignolles (Nouvelle République du 30-01-2017) :

Face à ces prises de position, le FN a répondu par l’intermédiaire de son « cercle Front syndical », représenté en Loir-et-Cher par Laurent Bras. « Marine Le Pen a toujours défendu les services publics à la française et l’avenir et l’indépendance énergétique de la France, deux fondements de nos libertés souveraines si durement malmenées par l’Union européenne », mentionne le texte adressé à notre réaction. Ceux qui se définissent comme des « syndicalistes patriotes » et affirment que « les adhérents et les sympathisants de la CGT votent de plus en plus massivement pour le Front national » contestent que les centrales syndicales puissent « ostraciser systématiquement le Front national, ses militants, ses candidats et encore moins donner des consignes de vote pour les élections à venir. »

 

Cornillettes : qui veut vraiment défendre le bureau de Poste et le Service Public ?

Nouvelle manifestation ce matin devant le bureau de Poste des Cornillettes à Blois.

D’un côté une dizaine de syndicalistes CGT brandissant leurs drapeaux (on peut regretter d’ailleurs l’absence des autres confédérations syndicales), de l’autre côté de la rue une trentaine de personnes, venues du quartier pour protester contre cette fermeture.

Un seul élu présent, Michel Chassier, conseiller municipal de Blois et conseiller régional de Loir et Cher, accompagné de plusieurs militants et membres du Cercle Front Syndical (qui regroupe des syndicalistes patriotes de la CGT, de FO, de la CFDT et de la CFTC).

Les personnes présentes, avec qui nous avons pu échanger, regrettent l’absence de réaction du maire de Blois. « Le jeudi, il est à la Région » déclare l’une d’elles. Il est étonnant en effet qu’il n’ait pas pris position sur cette question, nous ignorons s’il l’a fait au sein de la Commission Départementale de Présence Postale Territoriale.

Rappelons que cette décision découle directement des directives européennes de déréglementation des Services Public et que Gauche et Droite au pouvoir ont votées la transformation de La Poste en Société Anonyme, la faisant ainsi glisser de plus en plus vers une financiarisation de son activité. Pas étonnant que de plus en plus de salariés et même de syndicalistes ouvrent les yeux et se tournent vers ceux qui incarnent le mieux la défense du peuple face aux prédateurs de la finance mondialisée installée à Bruxelles.

C’est pourquoi, au Front National nous serons toujours du côté des habitants et des agents pour défendre les Services Public de proximité comme la Poste qui après avoir déserté les zones rurales se retirent maintenant des zones urbaines périphériques, accentuant ainsi le sentiment de déclassement et d’abandon que les Français ne peuvent plus supporter.

Pour le cercle Front syndical, Laurent Bras

Continuer la lecture de Cornillettes : qui veut vraiment défendre le bureau de Poste et le Service Public ?

Communiqué de presse de Florian Philippot: Vivarte : l’urgence d’agir

Comme nous le dénoncions le 23-01-2017 avec crainte, le plan de restructuration du groupe Vivarte est un véritable désastre pour l’entreprise et ses salariés.

Après la vente déjà annoncée cet été des marques Kookaï, Pataugas et Chevignon, on apprend que le groupe s’apprête à se séparer des marques emblématiques André et Naf Naf, et à supprimer 147 magasins de La Halle aux Chaussures. Ce plan se traduira inévitablement par la suppression de centaines voire de milliers d’emplois, qui s’ajouteront aux 1850 suppressions de postes déjà décidées lors d’un précédent plan en 2015.

Les fonds vautours propriétaires de Vivarte portent une lourde responsabilité dans ce désastre. Ce sont eux qui ont organisé le démembrement du groupe et la vente de ses marques principales à des fins de rentabilité immédiate.
Cette situation est d’autant plus scandaleuse que Vivarte a profité l’année dernière de 44 millions d’euros d’aides dans le cadre du CICE, sans aucune contrepartie.
Il faut donc mettre fin aux agissements des fonds vautours en protégeant les entreprises et en engageant la BPI à jouer un rôle beaucoup plus important pour soutenir les sociétés françaises en difficulté.
Par ailleurs, dans le cadre du projet présidentiel de Marine Le Pen, il sera proposé la fusion du CICE et des autres dispositifs d’allègement de charges des entreprises en un dispositif unique de baisse des charges, conditionné au maintien de l’emploi, sous peine de remboursement.

 

Assez de ces directions syndicales qui font de la politique au lieu de faire du syndicalisme !

Samedi 7 Janvier en matinée, Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, est venue en Loir-et-Cher visiter la centrale nucléaire de St Laurent-Nouan. Cette visite était organisée dans un cadre privé (voir article de la Nouvelle République du 07-01-2016). Et en fait quoi de plus normal, sachant que Marine a toujours défendu les Services Publics à la Française et l’avenir et l’indépendance énergétique de la France, deux fondements de nos libertés souveraines si durement malmenées par l’Union Européenne.

Quinze membres de la CFDT, dont seulement quatre d’EDF, ont manifesté leur hostilité devant la centrale. Si Fillon, Macron ou même Valls étaient venus, la CFDT aurait-elle lancé ses faibles troupes ? Est-ce le rôle d’une organisation syndicale de prendre parti contre une candidate républicaine déclarée ? Pourtant il y a les élections professionnelles pour les TPE en ce moment, et là on ne voit pas beaucoup la CFDT sur le terrain et en affichage…

Et que penser de la Direction Confédérale de la CGT qui semble ne pas vouloir donner de consigne de vote pour le deuxième tour des élections présidentielles mais qui appelle clairement à faire « barrage au Front National » (voir Le Figaro du 04-01-2017). Est-ce là le rôle d’une organisation syndicale ? Et que penseront les adhérents et sympathisants de la CGT qui votent de plus en plus massivement pour le Front National ?

De plus en plus de salariés, du public comme du privé, syndiqués et non-syndiqués ont compris que la défense du modèle social français, la préservation des acquis sociaux passent par la défense absolue de l’Etat-nation, par la reprise de notre souveraineté nationale, par le rejet de l’ultra-libéralisme et du mondialisme de l’Union Européenne et donc le vote patriote.

Pour notre part, au cercle Front syndical (les syndicalistes patriotes), nous réaffirmons que le syndicalisme, c’est la défense des intérêts matériels et moraux des salariés et non de faire de la politique en ostracisant systématiquement le Front National, ses militants, ses candidats et encore moins à donner des consignes de vote pour les élections à venir.

L’avenir et le renouveau du syndicalisme français passent par son indépendance, au plus prêt des intérêts des salariés : certains semblent le comprendre, d’autres non.

Aux syndicats, la défense de l’intérêt des travailleurs, aux partis politiques la conduite de l’action de la Nation.

Dominique Bourse-Provence, responsable national du cercle Front syndical

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

Les réactions dans la Nouvelle République du 10-01-2017:

Face à ces prises de position, le FN a répondu par l’intermédiaire de son « cercle Front syndical », représenté en Loir-et-Cher par Laurent Bras. « Marine Le Pen a toujours défendu les services publics à la française et l’avenir et l’indépendance énergétique de la France, deux fondements de nos libertés souveraines si durement malmenées par l’Union européenne », mentionne le texte adressé à notre réaction. Ceux qui se définissent comme des « syndicalistes patriotes » et affirment que « les adhérents et les sympathisants de la CGT votent de plus en plus massivement pour le Front national » contestent que les centrales syndicales puissent « ostraciser systématiquement le Front national, ses militants, ses candidats et encore moins donner des consignes de vote pour les élections à venir. »

Gandrange, symbole de la trahison du monde du travail par la Gauche

lutte_mittalAujourd’hui 17 Octobre, le Président de la République, François Hollande s’est rendu sur le site de Gandrange, haut lieu de notre sidérurgie nationale, complètement sacrifié par le pouvoir socialiste.

Rappelons-nous, Gandrange c’est l’illustration de cette trahison de la Gauche à l’égard du monde du travail:

– liquidation pure et simple de notre industrie, par un groupe apatride de la finance mondialisée, Arcelor Mittal,

– faillite d’un gouvernement dépourvu de toute stratégie industrielle pour la France et son économie,

– gesticulations d’un certain Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif de l’époque qui n’hésitait pas à parler de nationalisation des hauts fourneaux, tout en sachant pertinemment que l’Union Européenne s’y opposerait: la défense des emplois et de notre économie étant absent de leur logiciel de pensée ultra-libérale.

La Gauche a donc sacrifié l’emploi à Gandrange, auprès des sous-traitants d’Arcelor Mittal comme des acteurs de la vie locale, prélude fatale à la  liquidation de notre industrie sidérurgique.

Ainsi, les salariés, les acteurs de l’économie réelle, ceux qui se lèvent tôt le matin pour nourrir l’économie du pays, n’ont strictement rien à attendre de cette UMPS au pouvoir depuis plus de 30 ans, défenseurs acharnés de l’Union Européenne qui, au nom d’un ultra-libéralisme exacerbé, ne visent qu’à détruire nos industries, nos services publics, notre modèle social français et donc in-fine l’emploi réel en France.

Les seuls vrais défenseurs du monde du travail se situent résolument du côté des défenseurs de la Nation, avec un Etat fort et stratège qui redonne sens aux grandes priorités industrielles de notre pays, dans l’intérêt de notre économie et donc de la France, dans le cadre d’une économie patriote protectrice pour nos emplois et nos savoir-faire.

C’est tout le sens du cercle Front syndical, qui alerte les patriotes de tous les syndicats, conscients que les seules vraies défenses de l’emploi et des justes revendications sociales passent nécessairement par la reprise en main de notre souveraineté économique, budgétaire et monétaire.

L’espoir n’est plus dans cette Gauche qui a perdu sa boussole immergée dans l’ultra-libéralisme de l’Union Européenne, mais par un vote authentiquement social, populaire, patriote et souverain, le vote pour Marine Le Pen en 2017 aux prochaines élections présidentielles.

Dominique Bourse-Provence, responsable national du cercle Front syndical

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

 

Alstom: la faillite de l’ultra-libéralisme

sophie-montelCommuniqué de Presse de Sophie Montel, Député français au Parlement européen

Réindustrialiser notre pays, avoir une vrai politique patriotique économique cela devient urgent pour la France, pour sauvegarder nos emplois. Il faut revenir à l’Etat stratège et à l’Etat-nation. Pour cela l’urgence est la récupération de notre souveraineté, et se débarrasser des dogmes ultra-libéraux de l’Union Européenne.

La Nation, seul rempart pour défendre le modèle social français ! Non à la loi UE – El Khomri

Image tract 11 juinDepuis le début du mouvement contre la loi El Khomri, loi injuste socialement, inefficace économiquement et constituant en fait la feuille de route de l’Union Européenne, les syndicalistes patriotes du cercle Front syndical ont participé activement à toutes les actions et manifestations.

03 Journee du 4 Juin 2016 - Banderole FS-FNJ (image réduite)

C’est pourquoi, le cercle Front syndical avec le Front National de la Jeunesse organise un rassemblement avec la venue de Dominique Bourse-Provence, Responsable national du cercle Front syndical :

Samedi 11 Juin à Blois, à partir de 10H au rond-point Hugh Harter

(Près du centre commercial « LECLERC »)

Nous déploierons une banderole et distribuerons des tracts pour aller à la rencontre des Français.

L’objectif est de monter que le cercle Front syndical et le FNJ, donc in-fine le Front National s’engage et agit contre la loi El Khomri, que la seule réponse à donner est politique et passe par une reprise en main de notre souveraineté pour enfin appliquer une vraie politique économique patriote. En définitive, les seuls vrais défenseurs du monde du travail, des salariés, de la jeunesse ; c’est nous.

03 Journee du 4 Juin 2016 - Rond-point Hugh A Harter

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

Cédric Pelé, Secrétaire Départemental du FNJ Loir-et-Cher

Jeudi 12 mai : action contre la loi El Khomri – En 2017 : on s’en souviendra en votant Marine pour une France apaisée

LogoFSLe gouvernement vient de passer en force pour nous imposer une loi régressive, injuste socialement qui précarise encore plus les salariés, inefficace économiquement et dangereuse pour la laïcité dans les entreprises (Article 6 qui légitime le communautarisme).

Après la loi Macron, elle aussi d’inspiration ultra-libérale, Hollande et son gouvernement continue son travail de sape de l’Etat-nation et du modèle social français issue de l’après-guerre. Sur injonction de l’Union Européenne et de la finance mondialisé, ce gouvernement, dans la droite ligne des précédents, démonte uns à uns des pans entiers de notre industrie en refusant de la protéger contre le dumping social, refusant d’armer notre pays à travers un Etat stratège ce qui in-fine participe à la destruction de nos acquis sociaux et favorise le chômage.

Le PS et ses alliés n’ont jamais répondu aux aspirations du monde du travail, à ceux qui se lèvent tôt le matin pour aller travailler, à ceux qui créent et fabriquent des richesses et qui participent à l’économie de notre pays.

Les salariés de ce pays ont besoin d’une ligne politique claire et cohérente: le seule moyen pour préserver notre modèle social français, pour relancer l’économie, la croissance et ainsi lutter efficacement contre le chômage, c’est de mettre en place une véritable politique économique patriote. Pour cela il faut que la France récupère sa souveraineté monétaire, budgétaire et politique parce que la soumission à l’Union Européenne n’apporte que ruine sociale et perte d’identité.

Ainsi la Gauche est complètement illégitime pour parler aux salariés et au monde du travail. Sa trahison est totale. Sa soumission à l’ultra-libéralisme et au monde de la finance est complète.

Les salariés de ce pays ont besoins d’un mouvement politique qui les défende réellement, sans apriori et sans dogmatisme idéologique, un mouvement authentiquement patriote, populaire et social: le Front National.

Pour tous les déçus de la Gauche, mais aussi de la Droite, il faudra s’en souvenir en 2017: seule Marine Le Pen Présidente de la République est capable de sortir la France et son peuple de l’ornière dans lequel 40 ans de soumission à Bruxelles nous ont conduit.

C’est pourquoi le cercle Front syndical appelle l’ensemble des salariés à rejoindre avec leurs syndicats les mobilisations qui auront lieu ce Jeudi 12 Mai un peu partout en France.

Le cercle Front syndical 41 appelle à participer Jeudi 12 Mai à partir de 16H30 à une action de FO  devant la gare de Blois.

Laurent Bras,

Responsable départemental du cercle Front syndical 41 et Secrétaire Départemental Adjoint du FN41

Contre la loi El Khomri : debout le jour dans l’action… ou la nuit à « Dormir debout »?

LogoFSHier 28 Avril, nouvelle journée d’action et de mobilisation contre la loi El Khomri : FO a établi un barrage filtrant au rond-point de Cap Ciné de Blois avec distribution de tracts pour expliquer la nocivité de cette loi (voir Nouvelle République du 28-04-2016). Loi qui rappelons-le est un véritable recul social, ne réglera rien en matière d’emploi et de relance économique et qui avec certaine disposition favorisera demain le communautarisme dans les entreprises. En clair une énième émanation de l’ordre bruxellois qui détruit chaque jour davantage nos industries, nos emplois, nos acquis sociaux au nom d’un ultra-libéralisme idéologique et dogmatique.

Action FO 28-04-2016

N’en déplaisent à certains qui préfèrent « dormir debout » dans des palabres interminables et stériles en renouvelant ainsi un nouveau chapitre des « Nuit Debout » (25 personnes seulement hier soir à Blois), d’autres préfèrent lutter pied à pied, sur le terrain contre la loi El Khomri, dans une action syndicale déterminée, sans complaisance avec le pouvoir en place.

Et lors de cette action, il y avait là, côte à côte des salariés du privé et du public: bref cette France qui travaille et qui fait tourner l’économie du pays.

Rien à voir avec les « gentils gauchistes » de Nuit Debout, ces bobos dignes représentant de cette gauche caviar, de cette hyperclasse politique et médiatique hors-sol et hors patrie !

D’ailleurs, s’ils pouvaient faire trembler le pouvoir ultra-libéral à la solde de l’Union Européenne ou même ne serait-ce que légèrement le faire vaciller, cela se saurait.

La seule vraie opposition à la loi El Khomri, elle réside dans l’action syndicale indépendante, libre et déterminée.

Et la seule vraie révolte populaire, c’est en 2017 qu’elle aura lieu: dans un vote authentiquement populaire, social et patriote: le vote pour le Front National et Marine Le Pen. Dans l’intérêt exclusif du bien commun de notre pays et pour enfin tourner le dos à 40 ans de politique tournée contre le Peuple de France, contre le monde du travail.

Laurent BRAS, responsable départemental du cercle Front syndical

Pourquoi nous, militants syndicaux du cercle Front syndical serons dans la rue le 31 Mars

LogoFSLe cercle Front syndical combat avec la plus grande fermeté le projet de loi « El Khomri », dit « loi travail ». Ce projet de loi est un véritable recul social sans précédent qui sous couvert de lutte contre le chômage ne réglera rien en matière économique : les salariés français ont besoin de protection.

Le cercle Front syndical dénonce l’article 6 du projet de loi El Khomri, article quasiment passé sous silence et qui légitime le communautarisme dans l’entreprise et l’abandon de la neutralité religieuse qui prévalait jusqu’alors.

Ce dont notre économie a besoin c’est de protection : protection de nos acquis sociaux, de nos industries, de notre artisanat et de notre savoir-faire. Il nous faut  lutter contre le dumping social et environnemental, contre la concurrence déloyale des pays à bas coût, et donc construire l’Etat stratège qui permettra de lutter à armes égales contre la mondialisation. Pour cela nous devons récupérer notre souveraineté politique et économique, pouvoir être libres de nos choix budgétaires, territoriaux et monétaires et donc nous libérer du carcan idéologique de l’ultra-libéralisme de l’Union Européenne. C’est tout le sens du programme économique porté par le seul Front National qui permettrait de relancer la croissance, donc notre économie nationale.

loi-el-khomri

Ainsi le cercle Front syndical appelle l’ensemble des salariés à se joindre aux manifestations qui auront lieu le 31 Mars contre le projet de loi « El Khomri », tout en dénonçant la grande escroquerie de la gauche qui tente de se refaire une virginité sur le terrain social, alors que cette même gauche à depuis plus de 30 ans livré en pâture le monde du travail à la finance mondialisée et aux appétits toujours plus exigeants des grands groupes du CAC40.

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

Le cercle Front syndical dit non au projet de loi El Khomeri

LogoFSNous militants du cercle Front syndical étions présents à la manifestation du 17 Mars à Blois contre le projet de loi dit « travail », avec nos syndicats, aux côté des salariés français. En effet ce projet de loi El Khomeri est un projet de loi antisocial et une attaque en règle contre le monde du travail. Il ne répond pas à la principale préoccupation des français: la lutte contre le chômage de masse.

Au lieu de nous protéger de la concurrence déloyale, la Gauche comme la Droite multiplient les accords de libre-échange (Traité Transatlantique).

Au lieu de chercher à créer de l’emploi, l’UMPS précarisent les emplois existants.

Au lieu de soutenir la consommation, le gouvernement appauvrit les travailleurs et les retraités.

Au lieu d’aider les petites entreprises, nos responsables politiques multiplient les normes, les taxes et les contraintes bureaucratiques.

loi-el-khomri

Pour une France apaisée et prospère il faut changer de politique économique. Pour cela il faut rétablir un Etat fort et stratège avec sa monnaie nationale, son budget, sa souveraineté. Il faut protéger nos emplois et nos entreprises de la concurrence « libre et non faussée », favoriser la consommation issue de notre pays, et réindustrialiser la France.

En clair il faut tourner le dos aux politiques de Gauche et de Droite qui depuis plus de 30 ans ruinent notre pays et notre économie et construire ensemble une vraie politique de redressement national qui ne peut être que sociale, patriote et pragmatique. C’est tout le combat du Front National.

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

Manif_loi_El_Khomeri

Communiqué de presse du cercle Front syndical 41 à propos du projet de loi « El Khomri »

LogoFSLe cercle Front syndical 41 (les syndicalistes patriotes membres du Front National) est foncièrement opposé au projet de loi « El Khomri », qui est une régression sociale sans précédent et une attaque en règle contre le monde du travail.

Sous couvert de lutte contre le chômage de masse, le gouvernement aux ordres du MEDEF et de l’Union Européenne ne vise qu’à appliquer le diktat de la finance mondialisée : ouvrir les frontières, faire venir de la main d’œuvre bon marché et flexible, détruire peu à peu tous les acquis sociaux et peser à la baisse sur les salaires et pour finir déréglementer le droit du travail.

Cependant le cercle Front Syndical se refuse à être l’idiot utile du Système, des LR au PS en passant par l’extrême gauche. Il a confiance dans la justesse des analyses du Front National qui subordonne d’abord la question sociale à notre capacité à recouvrer notre souveraineté dans les domaines monétaire, budgétaire, territoriale et économique. C’est pourquoi nous récusons le jeu de dupe du gouvernement qui  veut nous enfermer dans une alternative trompeuse : voulez-vous sortir du chômage avec plus de libéralisme ou plus d’économie dirigée ? Nous proposons une troisième solution : sortir du piège droite/gauche pour enclencher une véritable politique économique et sociale patriote tant attendue par le Peuple de France.

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

Projet de loi « El Khomri »: régression sociale et sociétale à tous les étages

Code-du-travail Myriam-El-KhomriLa Ministre du travail, Madame Myriam El Khomri doit présenter le 9 mars en Conseil des Ministres un projet de Loi sur le temps de travail, les heures supplémentaires, les licenciements et les indemnités prud’homales. Myriam El Khomri, vous savez, c’est cette Ministre du travail qui ne sait pas combien de temps on peut renouveler un CDD (voir blog du FN du 9-1-2015). Autant dire que nous avons là une véritable spécialiste du droit social et de la réalité du monde du travail !

Continuer la lecture de Projet de loi « El Khomri »: régression sociale et sociétale à tous les étages

Voter pour la liste du Front National conduite par Philippe Loiseau, c’est voter pour la défense du monde du travail

La bonne directionLe Front National premier parti dans le monde du travail

Elections après élections, Le Front National est devenu la  première force politique du département. Le vote FN touche toute les catégories de la population,  mais c’est parmi les jeunes et parmi le monde du travail que ce vote est le plus massif. Le Front National est le premier parti chez les salariés, ouvriers, employés et même chez les cadres. Il gagne de plus en plus de terrain chez les fonctionnaires. En même temps, ce vote FN reste enraciné chez les commerçants, artisans, petits patrons de PME-PMI et chez les agriculteurs. Bref, la France qui travaille, qui se lève tôt, qui nourrit l’économie de notre pays vote de plus en plus Front National.

L’establishment politique, les bien-pensants de la repentance permanente, les éternels donneurs de leçons, les destructeurs de notre identité sociale et nationale, ceux qui ont mis la France à genoux, de la CGT au MEDEF (tout un symbole …), toute cette alliance hétéroclite n’a qu’un seul mot à la bouche: tous contre le Front National, pour la défense de leurs prébendes et de leurs avantages acquis depuis plus de 40 ans sur le dos du Peuple de France.

Continuer la lecture de Voter pour la liste du Front National conduite par Philippe Loiseau, c’est voter pour la défense du monde du travail

La souveraineté nationale, seul rempart contre le terrorisme et pour la sauvegarde de notre économie et de l’emploi

Noël_chômageAprès les attentats meurtriers et barbares du 13 Novembre, le Président de la République, François Hollande, a décidé de rétablir le contrôle aux frontières et d’augmenter significativement les forces de Police et de Gendarmerie, affirmant même que le « pacte de sécurité » était supérieur au « pacte de stabilité ». Enfin ! Pourrions-nous dire. Il faut donc comprendre que les moyens financiers liés à la sécurité vont l’emporter sur la ligne politique de rigueur budgétaire si chère à l’Union Européenne et imposée depuis des années à tous les peuples européens, comme à la Grèce. En clair, François Hollande fait son petit pied de nez à l’Europe, rompant ainsi avec les dogmes de Bruxelles où l’idéologie ultra-libérale prime sur tous les autres choix politiques. François Hollande et le Parti Sociétaliste (PS) au pouvoir opéreraient-il une rupture par rapport aux sacro-saints principes européistes ?

Continuer la lecture de La souveraineté nationale, seul rempart contre le terrorisme et pour la sauvegarde de notre économie et de l’emploi

Au niveau de la Région, une autre politique économique est possible

Régionales 2015Comment faire diminuer artificiellement les chiffres du chômage

La bonne trouvaille du gouvernement: le nombre de chômeurs ne diminuent pas, qu’à cela ne tienne on va limiter leur inscription. C’est certainement en substance ce que le gouvernement Valls-Hollande a décidé. En effet, à partir de début 2016, les demandeurs d’emplois devront s’inscrire sur Internet. Ainsi il faudra qu’ils possèdent un ordinateur, une connexion Internet et un scanner, les documents justificatifs devant être envoyé par mail. Bien entendu, les centres de Pôle Emploi ne possèdent pas de scanner à disposition. Egalement, dans le même ordre d’idée, les centres de Pôle Emploi ne recevront plus de public dans l’après-midi, uniquement sur rendez-vous.
Ainsi donc voici les moyens utilisés par le gouvernement pour « inverser la courbe du chômage »: limiter l’accès à Pôle Emploi aux demandeurs d’emplois. La prochaine fois François Hollande supprimera le mot « chômage » du dictionnaire pour régler le problème … c’est plus simple.

Continuer la lecture de Au niveau de la Région, une autre politique économique est possible

L’Etat condamne le CEREMA à la mort économique

logo-ceremaNous vous avons déjà parlé du CEREMA, le Centre d’Etude et d’Expertises sur les Risques l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement (voir article en date du 24-07-2015), avec un laboratoire régional à Blois qui emploie 80 personnes. C’est un établissement public qui vient en appui à la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques portées par les services de l’État et les collectivités territoriales.

Continuer la lecture de L’Etat condamne le CEREMA à la mort économique

Les autres avant les nôtres: ou l’aide aux « migrants » avant d’aider le peuple de France

Submersion migratoireAinsi donc, plusieurs pseudos migrants (en réalité des réfugiés économiques) vont arriver à Blois (voir blog du FN41 du 28-10-2015). Et bien entendu ils seront accueilli comme il se doit par les associations communautaristes et la « généreuse-gauche-blésoise » (ne riez pas c’est avec votre argent !).

Continuer la lecture de Les autres avant les nôtres: ou l’aide aux « migrants » avant d’aider le peuple de France

la désespérance sociale doit conduire à un vote de sursaut national

soufrance-stress-au-travailLe 5 Octobre, deux dirigeants d’Air-France, dont le DRH, ont été agressés par des salariés « remontés » par l’annonce de la suppression de 2 900 emplois dès 2016. Je ne cautionne pas la violence. Les personnes qui ont commis ça (d’ailleurs, ce ne sont pas des pilotes d’Air-France) dénaturent l’action syndicale si ce sont des syndicalistes. En même temps, ces mêmes dirigeants sont sourds et aveugles face aux pleurs et à la détresse d’une salariée d’Air-France. Mais François Hollande et Manuel Valls s’indignent et annoncent que les coupables de telles violences seront sévèrement punis.

Continuer la lecture de la désespérance sociale doit conduire à un vote de sursaut national

Hollande à Beauval, suppression d’emploi à Blois

Procter&Gamble-BloisProcter & Gamble, multinationale américaine spécialisée dans les biens de consommation courante s’apprête à restructurer la masse salariale (comprendre licencier) du site de production de Blois (420 salariés actuellement) en « contrepartie » de 30 millions d’euros d’investissements. (voir Nouvelle République du 18-09-2015).

Continuer la lecture de Hollande à Beauval, suppression d’emploi à Blois

Avec Bruxelles, la fin des Services Publics à la française, c’est une énergie plus chère

services-publics-tout-doit-disparaitreDepuis 2008 et la déréglementation de l’électricité et du gaz en France, le prix de la facture de gaz a augmenté d’un tiers et celle de la facture d’électricité de 50%. 

Voici le communiqué de Presse de Florian Philippot, vice-président du Front National sur le sujet:

Continuer la lecture de Avec Bruxelles, la fin des Services Publics à la française, c’est une énergie plus chère

Gel pour tous dans la fonction publique: l’injustice pour les petits

services-publics-tout-doit-disparaitreCommuniqué de presse du Front National du 27 Mai 2015

La ministre de la fonction publique, Marylise Lebranchu, vient d’annoncer le gel pour la sixième année consécutive du point d’indice des fonctionnaires, marquant une perte de pouvoir d’achat irrécupérable pour des millions d’agents !

Continuer la lecture de Gel pour tous dans la fonction publique: l’injustice pour les petits