Divisions et sectarismes font le jeu du gouvernement Macron

Depuis le début du mouvement contre la Loi Travail XXL, des manifestions syndicales unitaires ont eu lieu un peu partout en France ; cette fois la direction confédérale de FO appelait clairement à l’action. Cependant le bilan reste mitigé : les mobilisations ont été moins bien suivies que lors des précédentes semaines et ils manquent toujours des confédérales syndicales dans l’action, CFDT, UNSA et CFTC.

Pourtant les Français ne sont pas favorables à la Loi Travail. Ils restent majoritairement attachés à la préservation de notre modèle social français, si mis à mal par la politique néo-libéral du gouvernement Macron, agissant sous ordre de l’Union Européenne.

Il n’empêche, nous n’arrivons pas à engranger un véritable mouvement d’ampleur contre la remise en cause de tous nos droits sociaux. Nous n’arrivons pas à avoir une véritable lame de fond qui nous permettrait de gagner sur nos revendications.

Peut-être faut-il aller chercher l’explication en partie dans le comportement sectaire des directions syndicales, quand Laurent Bras, syndicaliste de terrain, qui dans la manifestation blésoise se fait prendre le drapeau syndical des mains par le responsable de sa propre confédération, qui lui fait comprendre « gentiment » qu’il est persona non grata, sous prétexte d’un engagement politique en dehors du syndicat.

De même, que faut-il penser du comportement des cadres nationaux de la France Insoumise, principale formation politique en pointe contre la Loi Travail mais qui tente toujours de faire cavalier seul et qui cherche à tirer la couverture à eux.

Les Français, les salariés, le monde du travail ont besoin que se construise un véritable mouvement ouvert, tolérant, sans sectarisme et sans ostracisme. Un mouvement qui rassemble tous ceux qui sont attachés à la préservation de notre modèle social français, et ce d’où qu’ils viennent.

C’est exactement ce que cherche à insuffler l’Association des Syndicalistes et Salariés de France, syndicalistes patriotes fidèles aux valeurs sociales de notre République.

Dominique Bourse-Provence, Président de l’ASSF, conseiller prudhommal de Paris, exclu de la CFDT, Conseiller régional  Île-de-France

Laurent Bras, Secrétaire général de l’ASSF, syndicaliste, référent Les Patriotes 41