Pourquoi je quitte le Front National

Déclaration de Laurent BRAS, ex-Secrétaire Départemental adjoint du FN41, Secrétaire Général du cercle Front syndical après la démission de Florian Philippot : pourquoi je quitte le Front National

Je suis rentré au Front National parce qu’il représentait un immense espoir de voir mon pays, la France, et son peuple, les Français, vivre dans une nation libre et souveraine, débarrassé du joug  de l’Union Européenne qui n’apporte que malheurs et désolations.

Fidèle aux valeurs sociales et à l’attachement de défendre les classes populaires, mon engagement syndical depuis des années en atteste, je considère que c’est dans le cadre de la défense de l’Etat-nation que ce combat peut et doit se mener.

Pour cela, il m’apparaissait nécessaire de construire une grande force politique à vocation majoritaire, sociale, populaire, souverainiste, laïque, s’appuyant sur notre identité nationale, et qui transcende les vieux clivages idéologiques qui ne sont qu’enfumage et facilité intellectuelle.

J’ai cru que le Front National, avec Marine Le Pen à sa tête et surtout Florian Philippot comme vice-président incarnaient parfaitement cette cohérence politique.

Malheureusement, après avoir été évincé de ses délégations en tant que vice-président du Front National, Florian Philippot a donc décidé de quitter le Front National le 21 Septembre 2017. Suivi rapidement par des cadres nationaux de grandes valeurs comme Sophie Montel, Philippe Murer Dominique Bourse-Provence Président du Cercle Front-Syndical, ainsi que des élus régionaux, municipaux, des cadres départementaux et de nombreux militants.

Tout ceci constituant le dernier coup de buttoir donné à la possible création d’un FN 2.0, tourné vers l’avenir, rassembleur, sachant parler de tout et à tous les Français. Les éléments néo-libéraux et identitaires  ont verrouillé l’appareil du parti et modifié la ligne insufflée au Front National par sa direction depuis 2011 jusqu’à  ces derniers mois.

Pire, si une hypothétique « alliance des droites », que certains appellent de leurs vœux venait à voir le jour (en admettant que Laurent Wauquiez veuille le faire), transformerait le FN en une force d’appoint de la Droite européiste, mais sans en être l’élément moteur. Tel un François Miterrand, à l’époque de l’Union de la gauche qui en son temps a fait le baiser de Judas à Georges Marchais pour tuer le PCF. Ainsi une telle alliance ferait subir au mouvement national le même sort : tomber dans les méandres de l’histoire et servir de force supplétive à la remorque d’une droite mondialiste, ultra-libérale, et immigrationiste.

Et que penser des déclarations de ceux qui ont œuvré à la crédibilisation de notre ligne de souveraineté nationale et qui maintenant viennent nous dire tranquillement « on va changer l’UE de l’intérieur » ? Calcul politicien pour faire allégeance aux virages à 180° du FN et  se rendre LR-compatible du même coup ? Cela fait 40 ans que certains croient à cette chimère, en vain : Bruxelles continuent de broyer  les peuples et de détruire nos économies.

L’Union Européenne n’est ni amendable, ni négociable, parce que fondamentalement ultra-libérale et voulant la mort des Etat-nations, provoquant in-fine l’avilissement des peuples. On ne refonde pas un parti en le ramenant 10 ans en arrière car  ses fondations  sont mitées : tôt ou tard l’édifice s’écroule.

Emmanuel Macron a réussi à unifier le pire de la Gauche et le pire de la Droite pour mettre en place une politique de destruction de ce qui fonde notre République : destruction du droit social avec la Loi Travail XXL, destruction de nos identités par la submersion migratoire, destruction des valeurs morales, de l’ordre et de la sécurité par le laxisme sociétal. En d’autre terme c’est la cohérence parfaite des européistes libéraux-libertaires en mission commandé pour détruire notre nation.

Face à cela, il convient donc d’y opposer un véritable rassemblement patriote des deux rives, qui  s’appuie sur le meilleur de la Gauche et le meilleur de la Droite, sans sectarisme, de conviction, et responsable, et qui place la souveraineté nationale en priorité absolue, dans une stratégie réelle de prise du pouvoir.

Le Front National qui se dessine actuellement ne prend pas ce chemin. A contrario, la dédiabolisation, que certain considère comme un « piège à cons » cède le pas à la re-diabolisation, l’outrance semble redevenir l’élément moteur, la réduction sur seulement quelques thèmes resserrant le champ politique.

Je ne me reconnais pas dans ce Front National là, qui n’est plus celui de l’ouverture tentée pendant  5 ans, mais du repli sectaire d’une caste qui n’aime vraiment que l’entre soi. A ce compte-là Jean-Marie est meilleur que Marine…

Je suis un homme de conviction et je suis fidèle à des idées, à un combat que je crois juste, pas à des sigles pas plus qu’à des personnes. Je ne peux pas rester dans un mouvement politique où les orientations et les déclarations nationales ne correspondent pas aux valeurs qui sont les miennes.

En conséquence, et c’est avec beaucoup de regrets, que je quitte le Front National et mes responsabilités de Secrétaire Départemental Adjoint de la Fédération du Loir-et-Cher.

Je précise que je n’ai aucun ressenti négatif à l’égard de la Fédération, où j’ai rencontré de véritables patriotes sincères, des personnes dévouées et un vrai plaisir de militer à leurs côtés.

Je tiens à saluer Michel Chassier, Secrétaire Départemental du FN41 pour son ouverture d’esprit (j’en veux pour preuve la mise en place du cercle Front syndical en Loir-et-Cher), et en espérant avoir accompli ma tâche de l’avoir secondé loyalement et du mieux que j’ai pu.

Je n’ai jamais caché ma convergence de vue aux idées défendues par Florian Philippot et mon adhésion à  l’association « Les Patriotes ». Dès le début de sa création, j’espérais que la direction nationale du FN comprendrait que ce laboratoire d’idées constituait un outil et un espace permettant de faire avancer le débat au sein du mouvement national. Visiblement  ceux qui gravitent  autour de Marine Le Pen ne l’entendent pas ainsi…

Je continuerais mon combat politique au sein des Patriotes dont je deviens dès maintenant son responsable départemental pour le Loir-et-Cher. J’appelle donc tous ceux qui ont à cœur la défense de la nation, sans outrance et dans l’apaisement, et au-delà des vieux clivages idéologiques qui n’ont plus cours, à me rejoindre.

Fait le 23 Septembre 2017

Laurent BRAS, Secrétaire Général du cercle Front syndical

Publié également sur Riposte Laïque