Communiqué de presse de Florian Philippot: Vivarte : l’urgence d’agir

Comme nous le dénoncions le 23-01-2017 avec crainte, le plan de restructuration du groupe Vivarte est un véritable désastre pour l’entreprise et ses salariés.

Après la vente déjà annoncée cet été des marques Kookaï, Pataugas et Chevignon, on apprend que le groupe s’apprête à se séparer des marques emblématiques André et Naf Naf, et à supprimer 147 magasins de La Halle aux Chaussures. Ce plan se traduira inévitablement par la suppression de centaines voire de milliers d’emplois, qui s’ajouteront aux 1850 suppressions de postes déjà décidées lors d’un précédent plan en 2015.

Les fonds vautours propriétaires de Vivarte portent une lourde responsabilité dans ce désastre. Ce sont eux qui ont organisé le démembrement du groupe et la vente de ses marques principales à des fins de rentabilité immédiate.
Cette situation est d’autant plus scandaleuse que Vivarte a profité l’année dernière de 44 millions d’euros d’aides dans le cadre du CICE, sans aucune contrepartie.
Il faut donc mettre fin aux agissements des fonds vautours en protégeant les entreprises et en engageant la BPI à jouer un rôle beaucoup plus important pour soutenir les sociétés françaises en difficulté.
Par ailleurs, dans le cadre du projet présidentiel de Marine Le Pen, il sera proposé la fusion du CICE et des autres dispositifs d’allègement de charges des entreprises en un dispositif unique de baisse des charges, conditionné au maintien de l’emploi, sous peine de remboursement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *