Gandrange, symbole de la trahison du monde du travail par la Gauche

lutte_mittalAujourd’hui 17 Octobre, le Président de la République, François Hollande s’est rendu sur le site de Gandrange, haut lieu de notre sidérurgie nationale, complètement sacrifié par le pouvoir socialiste.

Rappelons-nous, Gandrange c’est l’illustration de cette trahison de la Gauche à l’égard du monde du travail:

– liquidation pure et simple de notre industrie, par un groupe apatride de la finance mondialisée, Arcelor Mittal,

– faillite d’un gouvernement dépourvu de toute stratégie industrielle pour la France et son économie,

– gesticulations d’un certain Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif de l’époque qui n’hésitait pas à parler de nationalisation des hauts fourneaux, tout en sachant pertinemment que l’Union Européenne s’y opposerait: la défense des emplois et de notre économie étant absent de leur logiciel de pensée ultra-libérale.

La Gauche a donc sacrifié l’emploi à Gandrange, auprès des sous-traitants d’Arcelor Mittal comme des acteurs de la vie locale, prélude fatale à la  liquidation de notre industrie sidérurgique.

Ainsi, les salariés, les acteurs de l’économie réelle, ceux qui se lèvent tôt le matin pour nourrir l’économie du pays, n’ont strictement rien à attendre de cette UMPS au pouvoir depuis plus de 30 ans, défenseurs acharnés de l’Union Européenne qui, au nom d’un ultra-libéralisme exacerbé, ne visent qu’à détruire nos industries, nos services publics, notre modèle social français et donc in-fine l’emploi réel en France.

Les seuls vrais défenseurs du monde du travail se situent résolument du côté des défenseurs de la Nation, avec un Etat fort et stratège qui redonne sens aux grandes priorités industrielles de notre pays, dans l’intérêt de notre économie et donc de la France, dans le cadre d’une économie patriote protectrice pour nos emplois et nos savoir-faire.

C’est tout le sens du cercle Front syndical, qui alerte les patriotes de tous les syndicats, conscients que les seules vraies défenses de l’emploi et des justes revendications sociales passent nécessairement par la reprise en main de notre souveraineté économique, budgétaire et monétaire.

L’espoir n’est plus dans cette Gauche qui a perdu sa boussole immergée dans l’ultra-libéralisme de l’Union Européenne, mais par un vote authentiquement social, populaire, patriote et souverain, le vote pour Marine Le Pen en 2017 aux prochaines élections présidentielles.

Dominique Bourse-Provence, responsable national du cercle Front syndical

Laurent Bras, responsable départemental du cercle Front syndical 41

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *